We’ve updated our Terms of Use to reflect our new entity name and address. You can review the changes here.
We’ve updated our Terms of Use. You can review the changes here.
Digital Physical

Perdition

by Fange

/
1.
Les aiguilles du temps ne tournent plus qu’au ralenti. Leurs rebuts d’antan, recyclés à l’infini, Se sont mués en sangsues, aux morsures si voraces. Jeu de miroirs sans issue, perdu de guerre lasse. Ces bourreaux invisibles m'auront eu à l’usure, Prisonnier de leurs limbes, lisses, taillées sur mesure. Un de plus coincé au fond du grand sablier, Gardant oreilles dressées, yeux grand écarquillés. Et quoi qu’il advienne, on mordra tous à l’appât: Dans l'attente d'une césarienne qui ne viendra pas Cadavre ricanant, j’ai pressenti l’bordel; Il ne naîtra plus d'âge d’or - mais ça reste entre nous. Ma lame, indolore! plantée dans le ventre mou Du gris terne permanent, du présent immortel.
2.
Perdu, dans le tourbillon de l'instant absent. La rate au court-bouillon à se ronger les sangs, Jamais le bon endroit, jamais le bon moment, Plutôt porter ma croix! mauvais, mauvais vivant! À foirer tous les coches, à quoi bon s’acharner? Le temps m’a fait les poches, puis laissé désarmé. Un œil vers mon antre, et l’autre à la fenêtre, Du monde sans en être, je suis du monde sans en être. Et crois bien qu'elle m’attriste, cette ardeur affaiblie, Tu sais les égoïstes, aussi, parfois s’oublient. Trop d'murs dans ma tête, façades aux couleurs passées. Hier si endurant... moine-soldat du dérisoire! Péniblement figurant de ma propre histoire, Faut bien être honnête y'a quelque chose de cassé.
3.
J’ai échoué, je l’avoue: les offenses ne comptent plus, Je tendrai l’autre joue, sans vergogne, toute honte bue. Tiens-t'en aux rictus, je me fous des porte-voix. Je ne suis rien de plus que ce que je renvoie. Est-ce un sacrilège, si nul ne m’est important? La queue du cortège n’est qu’un souvenir distant. J'vais pas m’en vexer, bon dernier à l’arrivée, Gavé à l’excès des grisailles enjolivées. Ce qui a été, comme ce qui aurait pu être, Désolé mais très peu pour moi, très peu pour moi. Enfant de l’impiété, j’ai le feu pour seul maître, Brûlant sans trop savoir pourquoi, savoir pourquoi.
4.
Tout est formidable, ici tout est formidable, Plus risibles sont nos fables, plus dociles sont nos cibles, Agneaux de dieu servis sur un plateau d’argent. Les justes que l’on crucifie crèvent au loin, hors champ. Pompiers incendiaires, aux bouches remplies de déni. Nos pêchés d’hier sous cent couches de vernis.
5.
Ça te monte dans les veines, comme un venin de murène, Ça t'écorche et ça t'emmène. ça ronge les figures de style, Ça rend fiévreux les tranquilles, ça épargne les imbéciles! La haine! Ça irrigue l'œil du tigre, ça surtend profond tes fibres, Ça use... mais tu restes libre. c'est perfide chez les bourgeois Chez qui ça ne se dit pas, même si elle est souterraine! C'est tordu, vulgaire et lourd, c'est laid, obsédant et blême, Mais c'est la vérité même. c'est la sœur de la révolte, La mère des révolutions, c'est le couteau de danton! La haine! C'est tellement tendu parfois, qu'on ouvrirait bien les bras Pour que ça cesse... mais ça monte dans tes veines, Comme un venin de murène, ii faut bien que tu la traînes! Ta haine! Ma frangine des matins froids, je te réveille pour te dire ça, Mais tu sais, il n'y a que toi que j'aime.
6.
Aux quatre veines je m'saigne, mais qu’ai-je vraiment appris? Abreuvé aux fontaines dont les sources sont taries. Est-ce indigne si je n'daigne goûter à la misère D'un jardin d'eden dévoré par le désert? Sur mes deux visages, le même sourire essoré, Chargé d'un héritage qui sera ignoré. Je ne ferai plus un geste faut pas déconner. Pour le peu qu’il en reste autant tout bétonner. De mes envies évidées? je ne retiens rien. De mes héros érodés? je ne retiens rien. Eux qui avant la morgue me sont méconnaissables, Ne m'laissant que leurs dogmes tracés dans le sable. Autant déchirer toutes ces visions qui me nuisent, Une grande croix tirée sur mes rêves de terre promise.
7.
L'amertume tout au long de mes joies éphémères, Comme bouchon de plomb sur chaque bouteille à la mer. Des épines sans leurs roses, dénuées de toute fragrance, Devant la sinistrose, j'ai fait vœu de silence. Vicieux enfumages pris pour paroles d’évangiles, Dix doigts dans l’engrenage d’une machine bien fragile. Le sang qui glisse en toi, égaré, en silence Et sens le son de ta voix se faner, en silence, crier Il n'y aura plus de causes, seules leurs conséquences. Combien de portes closes? tous à garder nos distances. Alors que par essence, plus rien ne nous oppose, Au prix du bon sens, pourquoi flatter les névroses? Aux oiseaux de malheur, je tire ma révérence... Adieu les crève-cœurs! mon salut par l’ignorance.

about

"Mauvais Vivant" music video - linktr.ee/fangesludge

France's FANGE has navigated through their most active year yet defending "Privation", engaging in two European tours and making multiple appearances at festivals throughout 2023. Far from dampening their creative fire, the band was in parallel writing "Perdition" — six new tracks and a creeping cover of Bernard Lavilliers. The entire recording and production process was executed by the band, with mixing and mastering duties once again handled by Cyrille Gachet and Alan Douches.

Conceived as a spiritual successor to 2020's machine-driven "Poigne", "Perdition" expands upon the concept of a less riff-focused release while also embracing the cleaner, more desolate atmosphere explored on "Privation". Built and refined during the summer of 2023 upon foundations made of mutilated death industrial loops and grievous melodic guitars, the album serves as a testament to the band's distinctive identity, placing emphasis on the gloom and the martial — spleen and discipline.

credits

releases February 23, 2024

Recorded & produced by Fange, summer 2023
Mixed by Cyrille Gachet in Talence, France
Mastered by Alan Douches at West West Side Music, New Windsor, USA

Guest vocals on "Toute Honte Bue" by Olivier Guinot (Lodges)
Guest vocals on "Désunion Sacrée" by Diane Pellotieri (Pencey Sloe)
Pictures by Corentin Schieb

Illustrations by Benjamin Moreau
Layout and design by Matthias Jungbluth

fb.com/fangesludge
instagram.com/fangesludge

license

all rights reserved

tags

about

Throatruiner Records Nantes, France

A record label founded in 2009 & based in western France.

contact / help

Contact Throatruiner Records

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Redeem code

Report this album or account